Et c'est tout pour aujourd'hui

Publié le par L'éLément N

Bonjour,

Le football; Encore.
Sport populaire qui donnait sa chance au petit prolétaire qui pouvait, pour une fois, jouer sur un terrain d'égalité avec ses employeurs et donc la possibilité inouïe pour lui de gagner. Activité de loisir pour manutentionnaires qui, tellement submergés par le travail, ne pouvaient concevoir la détente autrement qu'en continuant à produire une activité physique, mais également une grande école de morale qui pronait la rigueur, le depassement de soi, la participation à l'effort collectif , le respect des règles, developpait le sens de la solidarité, de l'esprit d'équipe, rafinait le gout pour le Beau à travers la beauté des gestes techniques.
ça c'est l'origine. Qu'en est il maintenant que le football est tombé entre les mains des bourgeois capitalistes ? Rentiers méprisant le travail manuel, fait pour les pauvres, et qui s'amusaient à regarder travailler leurs employers : la Production du pauvre est Spectacle pour le bourgeois.
Ainsi, on comprend mieux le football moderne. Un sport de spectacle et de spectateurs : on ne pratique plus de sport, on le regarde et on surencherise. Politique d'endormissement capitaliste qui veut impregner en chacun cette mentalité du spectateur qui ne devient plus acteur nulle part, même pas de sa vie. Le sport, activité physique pourvoyeuse de valeurs, devient spectacle et perd ses nobles vertues, où la tricherie ( simulation de faute, obstruction volontaire, corruption d'arbitres, dopage .. ) devient monnaie courante, tout est permis pour gagner car l'argent est devenu Maître des terrains. A tel point que bientot on verra le joueur changer de camp et enfiler la tenue de l'équipe adverse en plein match car informé par son manager via son oreillette de la nouvelle surenchère.
L'école de la morale est tombée entre les mains de la classe dispendieuse immorale.. à quand la révolution ? sportive cette fois.


Jetez vos télécommandes et enfilez vos joggings !
Et c'est tout pour aujourd'hui.

Commenter cet article