[Lettre au Bled] - C'est comme ça ici

Publié le par L'éLément N

Bonjour,

 

Après le salut,

 

Je vous écris ces quelques lignes pour vous dire que je vais bien. Je suis arrivé bien, j’ai trouvé l’habitation et j'ai commencé le travail. Ici c’est difficile de trouver le travail. C’est ce qu’il m’a dit Mouloud qui comme son nom l’indique il est chômeur. Je le rencontre toujours devant la boulangerie, il vend le détail. Le pauvre il me propose toujours mais moi je fume pas, c’est le seul qui me parle arabe ici, j’ai honte alors j’achète de lui la cigarette et je la garde dans ma main, il me dis: tu fume pas ? je dis : non, alors il la demande et je lui donne. Lui aussi il vient d’arriver mais lui il n’a pas les papiers ! Mais les anciens sans-papiers ici lui ont dit t’inquiète pas ici le travail ça existe, alors il s’inquiète pas. Il a cherché, il a cherché, mais il n’a pas cherché une troisième fois. Et ici ils disent jamais deux sans trois, c’est pour ça il n’a pas trouvé le travail ! Les nôtres ils sont fainéants ! Mais il m’a dit wellah même si je demande la charité ici je rentre pas au bled ! il dort dans le métro il n’a pas encore chez lui mais il s’inquiète pas. L’argent il va venir. Ici il y a pas le chômage ! Tout le monde il fait quelque chose. Quand il ne trouve pas il joue la guitare dans le métro. Il chante bien alors moi j’écoute, j’applaudis pour faire l’ambiance ! Mais après il vient demander l’aumône et moi j’ai pas alors j’ai honte, je fais comme je regarde de l’autre coté. Comme ça il peut pas démontrer que j’ai écouté. il aime pas mais c’est comme ça ici, la vie c’est dur pour tout le monde. Il croit quoi ? Que je pue l’argent ?! Moi aussi personne me donne dans la rue quand j’ai besoin !

 

Ici c’est difficile. Les problèmes ils commencent dès que tu arrives ! A l’aéroport d’Orly le douanier a commencé à me faire les problèmes ! il a commencé à chercher mes bagages, il m’a demandé si j’ai des choses à déclarer, j’ai dit : oui, je suis content de venir à la France ! Alors il a pas aimé ! il m’a dit vous immigrez et vous comprenez même pas le fronçais ! ensuite il a commencé à parler dans sa moustache, il m’a raconté que vraiment vous les africains vous venez trop nombreux, que bientôt on sera plus nombreux en France qu’en Afrique.. c’est vrai que les africains ici ils se multiplient beaucoup comme dans la photocopie mais c’est pas comme ça qu’on accueille les invités con même ! Ils sont fous ces fronçais !! Est ce que nous quand ils viennent au Maroc on fait les problèmes comme ça ? On les accueille avec le lait et les dattes, le couscous, les tajines et le folklore. Et comme c’est tout ce qu’ils connaissent du bled alors ils pensent que nous on est des indigènes. Pour beaucoup ici ce qui sépare l’homme du singe c’est la Méditerranée je te jure ! C’est comme ça ici.

 

Après j’ai quitté, j’ai marché dans l’aéroport, il y a des cameras partout ! ah oui c’est comme ça ici, les français ils t’étudient depuis que tu arrives ! il faut bien que tu surveilles ta tête pour pas avoir les problèmes : ici tu craches pas par terre, tu jette pas les ordures par terre, mais les chiens eux ils laissent leurs crottes et personne ne dis rien ! c’est comme ça ici, les animaux ont plus de droits que les étrangers. Ils sont fous ces fronçais ! Ici tout le monde il est pressé, les gens dans la gare ils courent dans tous les sens, j’ai voulu parler walou, ils s’arrêtent pas ! je sais pas où ils donnent de la tête ! le vertige m’a attrapé je te jure ! à un moment j’ai vu un homme raisonnable. il ne courait pas lui. il se reposait sur des cartons, par terre. Il m’a vu perdu, il m’a dit : tu viens d’arriver toi ! j’ai dit : mais ils sont fous ces fronçais ! il a bien rigolé. Après il m’a donné sa bouteille, il m’a dit : bois ça, après ça va ralentir. J’ai dit : non moi bois pas l’alcool ! il m’a dit tu est un ayatollah alors. Ils mélangent tout ces fronçais ! Je l’ai discuté sur l’Islam, il pensait que le 11 septembre c’est Noel des musulmans je te jure ! ils connaissent rien sur l’Islam mais ils croient tout savoir après avoir regardé « enquête spéciale » !

 

Les premiers jours, c’est difficile ici, il y a la mort de froid et il y a personne pour te dire : quelles sont tes informations ? Ni pour te dire qu’est ce qui te manque ! Ici chacun rentre dans son marché. Personne ne l’introduit à personne. Il y’a des jours où je parle pas du tout. Juste avec ma tête. Quand c’est le week-end c’est plus pire : Même ta tête elle veut pas te parler, c’est comme ça quand le sang lui monte ! Alors lundi quand tu veux parler tu sais pas, tu as oublié comment ! C’est comme ça ici on parle pas mais il faut faire la politesse partout ! Bonjour, bonne journée, bonne fin de journée, bonsoir, bonne soirée, bonne fin de soirée, bon appétit, pardon, désolé, excusez moi... C’est pas comme chez nous, c’est difficile ici. La dernière fois.. je te raconte tu va rigoler ! On est partis manger dans le restaurant de l’hôpital, j’ai oublié comment on dit alors avant de manger j’ai dit « bon chance ! » Oh lala la honte, ils ont bien rigolé. Ici ils aiment bien les arabes, on les fait bien rigoler. C’est comme ça ici, les arabes qui réussissent c’est les comiques qui se moquent des arabes, sinon ils sont pas drôles.

 

Les arabes ici ils deviennent bizarres wellah. L’autre jour je suis allé frapper un tour à la fnac, j’ai trouvé un bouquin pas cher 1euro 50 ; 16.5 dirhams – c’est comme ça ici, tu as toujours cette maudite calculatrice dans la tête qui multiplie tout par 11 ! – et comme toujours en sortant j’ai sonné comme les voleurs, alors on m’a dit de mettre sur le coté et d’attendre l’agent de sécurité qui allait me chercher. J’ai expliqué que j’ai toujours eu ce problème depuis mon opération au bled où ils avaient oublié un clou dans ma tête, rien, ils n’écoutent pas, c’est comme ça ici. Alors le type de la sécurité il vient vers moi et il avait une tête bien de chez nous ! Il avait écrit son nom sur la veste, ici je t’ai dit ils parlent pas, tout est avec l’informatique ! Il s’appelait abdelhak mais ils l’appellent Abdel. Il n’a pas dit un seul mot en arabe le déserteur ! Il m’appellait « messieu » et il m’a demandé de faire des positions bizarres devant tout le monde comme la prison ! moi je suis étrange dans ce pays alors je veux pas chercher le bruit, j’ai fait. Alors il m’a dit « merci » !! ça a du lui plaire bien le bâtard ! et là un blan - ici tout le monde il est blan, pas blanc mais blan, ils disent comme ça ici pour dire les cheveux jaunes. Tu dis comme si tu veux dire blanc mais tu joins la bouche comme ça : « blan » - il sort et lui aussi il sonne et Abdel il lui sourit et lui fait signe comme ça de la main ze3ma de s’en aller.. Abdel a vendu l7ak au bled pour acheter l’intégration ici. C’est comme ça la technique ici si tu veux devenir français.

 

La nourriture ici c’est comme dans la prison, mais ça coûte comme dans l’hôtel ! ils écrivent comme les enfants dans l’école avec la craie dans une ardoise devant la porte, comme ça si tu veux pas, pas la peine de frapper la honte à l’intérieur ! Kamel qui bosse à la boucherie m’a dit qu’il faut jamais rentrer même si tu vois que le titre de ce que tu vas manger il fait deux lignes, sur l’assiette il ne fait pas plus de 2cms ! C’est comme ça ici, ils payent pour ne rien manger. Même l’échantillon qu’ils leur mettent dans l’assiette ils le terminent pas ! c’est comme ça ici, la politesse même dans le manger.

 

Ici tu fais tout. Tu fais le marché, tu fais la cuisine, tu fais la vaisselle, tu sors les poubelles, tu fais le ménage, tu fais le lavage, le repassage.. Rien que laisse ce chameau se reposer ! C’est comme ça ici. Moi je lave pas, j’achète les chaussettes chaque semaine et après je jette, c’est comme ça la technique ici : chaussettes pas cher mais l’eau et séchoir dans la laverie très chers. Pour la cuisine et le ménage je débrouille, je comprend maintenant pourquoi les hommes marient les femmes ! On parlant de mariage, dites à lwalida que j’ai trouvé la fille hallal, c’est pas disponible partout par ici, eh oui la viande hallal c’est pas facile à trouver ! mais comme ils disent ici : qui cherche trouve ! elle cherchait, elle m’a trouvé. Je la marie la semaine prochaine pour faire la résidence. Elle est russe, mais elle est d’origine. Son nom il est trop compliqué je te jure des « z »,« k »,« y », il te fait gagné 80 points faciles au scrabble ! Elle ressemble un peu à la femme de khali l3arbi quand elle était petite. Oui, elle est plus lagée que moi. sa grande fille aussi. Mais c’est juste pour les papiers, dites le a lwalida ! dites lui que moi je fais ce qu’elle me dit ; elle dit je marie khedouj, moi je marie Khedouj.

 

Ici il faut se lever de bonheur, c’est comme ça ici si tu veux l’argent. Tu te réveilles le matin dans le noir et tu rentres le soir dans le noir et entre les deux tu travailles dans le noir. La galère quoi. Les arabes ici c’est comme les bandits, ils jouent à cache-cache avec la police. Parce que si jamais ils les attrapent c’est les gourmettes direct, ah oui ils rigolent pas la police avec les arabes, c’est les seuls qu’on fait pas rire ici. Aussi ici il faut raser chaque jour ! les fronçais ils aiment pas les poils, ils disent « ça fait sale ». Ils puent de la bouche et des aisselles mais ils rasent le visage pour pas faire sale. Ils sont fous ces fronçais ! Moi à force de raser, ma peau est cuite ! Mais c’est comme ça ici, faut débrouiller. Je suis ici pour un an, j’ai pas la marche arrière.

 

Voilà, je vous envoie un salut pimenté du pays de la tour Eiffel et dites à maman que je l’aime. Vous me monquer tous !
 

Salam

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

samira 24/02/2009 00:17

j'adore !! trop bon cet article ..n'empêche j'aurais peut être écrit mieux si j'avais pensé à cette arme (que les américains n'ont pas encore déclaré somme arme de destruction massive ..) qui est l'écriture la 1ère année ke je suis arrivée en france il y'a à peu prés 6ans non je plaisante ...je pense que dans ce genre d'expériences c'est franchement pas nous qui écrivons ..c'est toute notre âme qui se met à l'exercice je dirais même le plaisir de raconter ses malheurs dans le détail et soubhan allah y'a des choses qui si on en parlait dans un autre contexte ça aurait paru tellement classique mais ici non ça prend une autre dimension !! en tout cas si c'est ta 1ère année jte rassure c'est tout à fait normal que tu te sente aussi étranger ! mais dés que cette année sera achevée les idées auront changé ..enfin j'en sais rien pour toi mais pour moi ça été le cas ..tro tro tro dur la 1ère aNnée ..d'autant plus que j'ai connu d'autres problèmes bien pires que tu n'aurais pas pu connaitre étant un homme ...pr être plus explicite  jparle du problème du voile ..le fameux signe ostentatoire ! eh oui dans ce pays laique (soit disant) les problèmes n'en finissent pas mais cette france on y est et on y reste s'il le faut ! "malgré le nez de certains "

sou TAHIRI 03/01/2009 20:55

salam amiiiii vrément rien a dire que tu es quelq'un du bien...
ON ne peut qu'apprécier une belle amitié que l'on peut partager avec quelq'un comme vous,acr c'est à la fois des moments surprenants et des instants émouvants,mais c'est avant tout un plaisir certain et un bonheuer san fin!
 
  Quand on est en ta présence,on ressent du bonheur en permanence.........votre bonne humeur est tellement contagieuse qu'avec vous, même la juornée la plus terne devient radieuse.
 
 Vous faite partie des ces gens dont j'apprécie tout spécialement la compagnie parce que vous dégagez une énérgie positive et qu evotre joie de vivre est vrament communicative.Pour nous ,vousêtes pas simplement qu'une connaissance,mais vous êtes  quelqu'un qui a beaucoup d'importance
 
 En fin,on ne vous oublie pas,si loin que vous soyez,quelle que soit la saison,mais on pense à vous d'une manière toute spéciale chaque jours........
  Parmi tous les êtres chers qui se trouvent spontanément associés dans notre esprit ,vous occupez une place privilégiée. ..trés boncouragee pour la viee ...
 

ihssane 22/12/2008 14:20

Le téléphone sonne
 
J entends une voix un timbre une intonation  j essaie de la coller a une image a des choses que j ai imaginé de lui a des gestes a des états d esprit, pendant longtemps j ai refusé son invitation j essaie d échapper a son regarde je ne voulais pas le croiser, mais ce soir le téléphone sonne.
 
Sa voix me venait de loin a des milliers de kilomètres mais son âme était la elle effleurer mon visage son souffle épousé le mien comme au beau vieux temps, il était la mais il a choisie de partir, ce soir le téléphone sonne et mes souvenirs aussi ces 6 années que j ai tenté d oublier mais en vin ces moments de joie de bonheur  de complicité.
 
Ce soir le téléphone sonne il me répond
 
Je ne savais pas que j avais besoin de autant de courage pour l appeler pour mettre une voix sur une image comme il a dis  comme s il voyait plus a quoi je ressemble.
 
Ce soir ca voix me venait  de loin je sens sa solitude et je sais qu’il est plus libre seul, je sens son désarrois mais il le  cache toujours avec ces belles phrases déjà prêtes, ces phrases me fessais rire et j avais peur de prendre encore gout a tout ca  à retomber encore une fois
A ce laisser faire par tout ces sentiments qui m ont malmené autre fois à perdre le control de nouveau.
J avais peur car sa voix avait ce cote nostalgique ce cote viril ce cote innocent ce cote rêveur qui ma manque pendant tout ce temps la.
Le téléphone sonne  et ma vie bascule je perds mes mots, je rougie je bafouille heureusement qu’il me voit pas j arrange mes  cheveux mon maquillage j avais l impression qu’il me voit en même temps mon imagination ma joue des tours, j avais l impression qu’il me touche j avais l impression d être dans ces bras  j avais des impressions qui m ont fais quitter ce monde pendant une heure sur un fil a des années lumières de la réalité
 
J étais heureuse car la téléphone à sonné ce soir il a dis allo

amerocain 20/12/2008 23:15

''Alors il a pas aimé ! il m’a dit vous immigrez et vous comprenez même pas le fronçais !'' je me demande est ce que ce douannier comprend le francais plus que l'immigré que tu es

Roland 16/12/2008 18:35

Je suis venu te lire à nouveau et ne le regrette pas, comme il est de coutume chez nous en France, je te salue et si tu le veux bien, je reviendrai prendre de tes nouvelles.Roland.