Le ghetto palestinien

Publié le par L'éLément N

 

 

 

الاقصى

Interdictions permanentes :

-  Interdiction aux Palestiniens habitant à Gaza de demeurer en Cisjordanie
-  Interdiction aux Palestiniens d’entrer dans Jérusalem-Est (JPG) - Interdit aux Palestiniens habitant en Cisjordanie d’entrer dans la Bande de Gaza par le barrage d’Erez
-  Interdiction aux Palestiniens d’entrer dans la vallée du Jourdain (excepté ses habitants)
-  Interdiction aux Palestiniens d’entrer dans les villages, sur les terres, dans les villes et les quartiers dans la zone de la « ligne de couture », entre la clôture et la Ligne Verte (environ 10% du territoire de la Cisjordanie - dont Bartaa Israkiya et des villages comme Azoun, Atamah et Jabara)
-  Interdiction aux Palestiniens d’entrer dans les villages de Beit Fourik et Beit Dajan, dans la région de Naplouse, et de Ramadin au sud du mont Hébron (sauf leurs habitants)
-  Interdiction aux Palestiniens d’entrer sur le territoire des colonies (y compris ceux dont les terres se trouvent à l’intérieur du territoire bâti de la colonie)
-  L’entrée à Naplouse en voiture est interdite
-  Interdiction aux Palestiniens habitant Jérusalem d’entrer en territoire « A » (villes palestiniennes de Cisjordanie)
-  Interdiction aux habitants de Gaza d’entrer en Cisjordanie par le passage d’Allenby
-  Interdiction aux Palestiniens de voyager par l’aéroport Ben Gourion
-  Interdiction aux enfants en dessous de 16 ans de sortir de Naplouse sans extrait d’acte de naissance original et sans accompagnement d’un des parents
-  Interdiction aux Palestiniens (détenteurs d’un permis d’entrer en Israël) de sortir en empruntant les routes et les passages utilisés par des Israéliens et des touristes
-  Interdiction aux personnes originaires de Gaza et aux habitants de Gaza d’établir leur lieu de résidence en Cisjordanie
-  Interdiction aux habitants de Cisjordanie d’établir leur lieu de résidence dans la Vallée du Jourdain, dans les localités de la « ligne de couture » et dans les villages de Beit Fourik et de Beit Dajan
-  Interdiction de transporter des marchandises et chargements via des barrages intérieurs à la Cisjordanie par où passent des voitures particulières et des piétons


Interdictions périodiques mises aux déplacements (durant des semaines ou des mois) :

-  Isolement : interdiction aux habitants d’une région donnée de Cisjordanie de se rendre dans les autres régions de Cisjordanie
-  Interdiction à un groupe d’âge déterminé, essentiellement des hommes (âgés de 16 à 30 ou 40 ans) de sortir d’une région déterminée pour se rendre dans les autres régions (généralement, de Naplouse et d’autres villes pour se rendre dans le sud de la Cisjordanie)
-  Passage interdit pour les voitures particulières au barrage de Swahara / Abou Diss (séparant le nord du sud de la Cisjordanie). Cette interdiction a été supprimée pour la première fois, il y a deux semaines, dans le cadre des allègements


Permis exigés pour les déplacements à l’intérieur de la Cisjordanie et entre Gaza et la Cisjordanie :

(JPG)

-  Une carte magnétique (destinée à l’entrée en Israël, mais elle facilite aussi le passage aux checkpoints à l’intérieur de la Cisjordanie)
-  Autorisation pour des soins médicaux en Israël et dans des hôpitaux palestiniens de Jérusalem-Est - pour obtenir l’autorisation, il faut pouvoir donner une invitation de l’hôpital, une information médicale complète et la preuve qu’il n’est pas possible de recevoir ces soins dans les Territoires
-  Permis de déplacement entre des checkpoints intérieurs (vers la vallée du Jourdain et Naplouse)
-  Permis pour se rendre de Gaza en Cisjordanie, via Israël
-  Permis de marchand pour transférer des marchandises
-  Permis pour travailler des terres agricoles dans « l’espace de couture » (accordé seulement aux propriétaires des terres et à leurs proches au premier degré)
-  Permis d’entrer dans les enclaves de la « ligne de couture » (auquel ont droit des proches, des équipes médicales, des ouvriers travaillant aux infrastructures etc) - avec obligation d’entrer et de sortir par le même point de passage, même s’il est éloigné ou qu’il ferme tôt.
-  Permis de travail en Israël (l’employeur est tenu de se rendre personnellement auprès de l’Administration de Coordination et de Liaison pour introduire la demande de permis)
-  Certificat de naissance pour les enfants de moins de 16 ans
-  Certificat de « résident permanent » dans les enclaves de la « ligne de couture »


Checkpoints et routes barrées en Cisjordanie :

(BMP)

-  75 checkpoints gardés par des soldats à l’intérieur de la Cisjordanie (sans compter les 7 checkpoints / points de passage sur la Ligne Verte elle-même). Un nombre appréciable d’entre eux sont ouverts à 6 heures du matin et ferment le soir. (Ceci à la date du 9 janvier 2007)
-  Une moyenne hebdomadaire de quelque 150 barrages mobiles (septembre 2006)
-  446 obstacles en tous genres placés entre routes et villages : blocs de béton, monceaux de terre ; 88 portes métalliques aux sorties des villages vers les routes principales ; 74 km de clôtures le long des routes principales (routes nos 317, 505, 5, 443, 60, dans le sud)
-  83 portes métalliques le long de la clôture de séparation qui sépare les terres de leurs propriétaires - seules 25 de ces portes s’ouvrent régulièrement


Accès interdits - Routes principales interdites aux Palestiniens :

-  Route n° 90 (axe routier traversant la vallée du (JPG) Jourdain dans sa longueur)
-  Route n° 60, dans sa partie nord (à partir du camp militaire de Shavei Shomron, à l’ouest de Naplouse)
-  Route n° 585, le long des colonies de Hermesh et de Dotan
-  Route n° 557, à l’ouest : dans la région de Tulkarem. A l’est : de l’embranchement de Hawara jusqu’à la colonie d’Elon Moreh.
-  Route n° 505, depuis l’embranchement de Tapouah et plus à l’est.
-  Les tronçons des routes nos 445, 446 et 463, dans la région des colonies situées à l’ouest de Ramallah
-  Route 443, depuis Macchabim-reout jusquà Givat Ze’ev.
-  Route 60, depuis la colonie d’Outniel et plus au sud.
-  Route 317, dans la région des colonies du sud du mont Hébron.


Durée comparée de parcours avant 2000 et aujourd’hui (en comptant des barrages « légers ») :

-  Tulkarem-Naplouse :
. avant 2000 : une demi-heure maximum
. aujourd’hui : au moins une heure

-  Tulkarem-Ramallah :
. avant 2000 : moins d’une heure
. aujourd’hui : deux heures

-  Beit Our-Ramallah :
. avant 2000 : 10 minutes
. aujourd’hui : 40 à 50 minutes

-  Katana-Ramallah :
. avant 2000 : 15 minutes
. aujourd’hui : une heure à une heure et demie

-  Bir Naballah-Jérusalem :
. avant 2000 : 7 minutes
. aujourd’hui : 1 heure

-  Katana-Jérusalem :
. avant 2000 : 5 minutes
. aujourd’hui : « On ne va plus à Jérusalem. »

 

Source : http://www.info-palestine.net/

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article