Raïbi jamila

Publié le par L'éLément N

Le Maroc, mon pays
Une larme à l'oeil; le coeur allourdi, j'ecris
Ici, de jour comme de nuit
Difficile et dure y est la vie :
Jamila de loin, loin d'être jamila
Je ne peux te voir en rose
Au temps où très peu osent, dur devient le combat
Je ne pourais faire un temoignage à l'eau de rose sur ce qui se passe ici bas
Les pauvres observent, pendant que les riches se servent
Le bonheur s'est perimé dans sa boite de conserve
Notre dirham est une belle femme qui n'epouse pas les pauvres
Notre politique un peigne qu'on offre aux chauves
Ici le future ne se conjugue qu'à l'imparfait
Le liberté d'expression est plaquée au sol et menotée
Malgré ça le politicien attend qu'on l'aplaudisse
Qu'on accepte une société pervertie par les vices
Confondant anarchie et démocratie
Il veut interdire les interdits
Des courants radicalistes pronent la haine
Communautaristes et ils veulent le prouver
Ici, ceux qui ne cherchent pas les problèmes
Ce sont ces derniers qui viennent les trouver !
2 chaines tv pour nous anesthesier
Et nous faire oublier notre triste réalité
Mais une fois etteintes, les cicatrices se reveillent
Ici, où même le Soleil sommeille
Ici, où la terre du Rif est dopée au Kiff
Où Jihad rime avec explosifs
Alors qu'ailleurs on essaye de maitriser les sciences essentielles
Ici, on se contente de prier que la solution vienne du Ciel
Ô jeunesse perdue entre les chiffres et les lettres
Qui ne sera jamais ce qu'elle aurait voulu être
Pour les moins jeunes c'est aussi la crise
Tu les croisera au feu rouge, ils voudront essuyer ton pare-brise
60% quittent l'ecole trop tot
Leur revenu sera desormais assuré par un couteau
Leurs jeans ont des poches et ils sont résolus à les remplir
Quitte à trancher des gorges en dehors de L3id lekbir
Des salaires minces, un taux de chomage pour lequel le coeur se pince
L'épée d'excalibure peut toujours attendre son prince
Combien rejoignent l'Au-delà, une seringue dans le bras
Ici nos petites se brisent l'echine au jefaf et à la feraka
Mais impossible de blanchir nos responsabilités ni celles de l'Etat
Ceux qui étaient bons en classe finissent mauvais garçons
Mon pays, c'est loin d'être une cour de récréation
ceux qui voulaient devenir avocats, en ont bien besoin aujourd'hui pour les defendre devant les magistrats
C'est desormais dans la rue que les ados font leur collège
Mon pays c'est pas un tour de manège
Les prisons sont devenues residences secondaires
Des milliers de célibataires en crise financière
oublient le mariage, rien à faire, les filles d'une nuit feront l'affaire
Peut importe combien auront souffert
Mon pays c'est une poudrière
Ici les mamans se cachent pour pleurer leur misère
S'il faut que j'aime tout ça, achetez moi une museliere
En fourure de zibeline
Déguisez moi en ballerine,
... et envoyez l'aspirine !


Quand "Manbita l2a7rar" remplacera "A7ibak Ahe"
Quand les ressources seront equitablement partagées
Quand tous les marocains sauront lire l'alphabet
Quand les droits de l'Homme seront octroyés
Quand la femme comprendra où se trouve réellement sa liberté
A ce moment là, on deterera notre fierté
On enterera ce passé, desormais poussière
Et je léverai mon verre
Fier,
A ce moment là, et seulement à ce moment là ... je pourrai siroter tranquillement mon rose Raïbi Jamila
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

De passage 14/11/2008 18:40

Tes écrits nous ramènent à l'essentiel Nowbi.Merci de partager.Ca fera bientôt deux ans que tu l'as écrit ce texte, les choses n'ont pas vraiment changé, mais ça tu le sais déjà.Et suis fière de te savoir marocain.Que Dieu te protège et te garde l'ami.