Entrevue avec le journal "Les Echos"

Publié le par L'éLément N

Eden_logo.jpgLes Echos :  Pouvez-vous définir Eden en quelques mots?

Nawfel Chana : Je dirais qu’Eden c’est d’abord un rêve, le rêve de voir un monde meilleur et à moindre échelle voir un Maroc meilleur. Eden c’est aussi un cri, le cri d’une jeunesse marocaine en réponse à ce silence infernal face à  des inégalités de chance et de droits. Eden, c’est un pari, un peu fou, dans un monde de plus en plus egocentrique. Pari que décide de relever chaque année ces quelques jeunes, qui pensent que la politique du chacun pour soi ne peut mener que vers la déroute et à l’effritement de notre société. Eden c’est aussi presque une centaine d’actions entreprises sur 5 ans de parcours pour rendre le quotidien d’autrui meilleur. Sinon, administrativement parlant, Eden c’est une association socioculturelle créée en 2004 et qui vise à impliquer les jeunes marocains dans le processus de développement de leur pays.


Les Echos :
 Comment peut-on devenir membre? Doit-on nécessairement être étudiant en médecine?
Nawfel Chana :Certes l’association a été créée par des étudiants en Médecine mais elle a toujours été ouverte à tout jeune marocain motivé et soucieux de l’avenir de son pays et qui aimerai participer à son développement. Pour devenir membre il suffit de remplir un formulaire d’adhésion et payer une cotisation annuelle de 100dhs. La période d’inscription a lieu entre les mois de septembre et octobre de chaque année.
 
Les Echos : En quoi consistent concrètement les actions de l'association? Vous agissez sur quels "fronts"? (hôpitaux, maisons de retraite?) 
Nawfel Chana : Concrètement, l’association met le membre au centre de ses préoccupations. L’objectif est d’en faire un acteur actif au sein de sa société. Pour cela un cycle de formations est prévu chaque année pour développer en lui des compétences personnelles et ancrer dans son comportement un esprit citoyen. Ces valeurs qu’on cherche à lui inculquer, nous les mettons en pratique à travers des projets qui répondent à des problématiques sociales qu’il a lui-même essayé de définir, de comprendre et de résoudre à travers des débats animés sur le forum du site officiel de l’association : www.edenmaroc.org.
A ces projets, répondant donc à certaines valeurs, nous avons fait correspondre 5 couleurs, chacune portant ses propres connotations. Le principe est de faire correspondre les valeurs prônées par le projet aux valeurs renvoyées par la couleur. Tout un travail ! Ainsi nous avons determiné 5 types de projet : les verts (developpement durable), les jaunes (humanitaires), les rouges (debats et sensibilisation), les blancs(tolerance) et les bleus (formations).

Les Echos :
 Certains qualifient Eden d'"association islamiste", que pouvez-vous leur répondre?

Nawfel Chana : Déjà légalement parlant, nous sommes une association areligieuse et apolitique. Ensuite, à Eden, nous n’aimons pas la radicalité, et donc nous avons une appréhension envers tous les « istes », exception faite pour les artistes. Toute personne qui prendra la peine de nous connaitre, pour s’en faire sa propre idée, remarquera qu’à Eden on trouve des gens de différents milieux et cultures avec différentes conceptions de la vie et de la religion, mais surtout des citoyens, simplement, qui veulent faire avancer les choses sans s’embrigader dans des ghettos intellectuels qui pourraient ralentir ou désorienter leur but. Des jeunes qui n’ont qu’un seul objectif : AGIR. Notre ambition à tous est de réfléchir, ensemble, à comment concilier nos idées avec des projets concrets qui puissent améliorer la situation de certains de nos concitoyens. Alors on peut nous traiter de tous les noms, cela ne nous freinera pas, tant qu’on nous laisse notre liberté de penser.

Les Echos : Vous êtes médecin, donc très occupé. Qu'est-ce qui vous retient dans l'association Eden?

Nawfel Chana : D’abord c’est dans notre tradition marocaine et musulmane, et dans la pratique médicale, que j’ai appris le devoir de prêter attention et assistance aux personnes qui le nécessitent. Ensuite Eden, je l’ai vu naitre et grandir : ce sont presque des liens de sang. Et puis je lui suis redevable parce qu’elle a réussi à faire de moi quelqu’un de meilleur, elle m’a fait réalisé que je n’étais pas qu’un bon à rien, qui ne sait que cracher dans la soupe, que je pouvais ajouter mon grain de sel, et que cela pouvait faire la différence. En plus de cela, elle me permet de faire la connaissance chaque année d’une centaine de jeunes marocains motivés que je peux provoquer dans des débats autour de questions sociales. Et par-dessus tout cela, j’ai plein d’idées de projets que j’aimerai voir se concrétiser. Eden m’offre le cadre pour continuer à me battre, avec mes petits bras, pour voir plus d’amour et de justice dans ce monde.

Les Echos : Avez-vous un message à faire passer à la jeunesse marocaine?

Nawfel Chana : «  Il y a du boulot ! » Des marocains meurent de faim, de froid, de maladies, d’oubli. Des droits sont bafoués, des libertés violées, des enfances volées. Et ça se passe aujourd’hui, et chaque jour, tout près de chez vous.
Le travail associatif est une action non rémunérée au sein d’une société qui a perdu le sens du gratuit. Voilà pourquoi il n’attire plus beaucoup de foule. Mais il reste la meilleure réponse à cette société de plus en plus individualiste, pour qu’elle retrouve ses valeurs collectives. Il ne s’agit pas de nier l’individu, ou son besoin d’accomplissement ou de performance, mais uniquement de recadrer cette démarche dans une participation sociale obligatoire. Notre Maroc a besoin de sa jeunesse, a besoin qu’elle fasse preuve d’audace, de créativité et d’intelligence au service de la collectivité, de manière à n’être ni coupable ni complice de tous ses maux. Parce que laisser mourir, c’est tuer en quelque sorte.

Commenter cet article

Minouche 21/04/2010 18:47



respects chef !!


 


si je devais une seule phrase qui m'aurait marquée ce sera:


 


surtout des citoyens, simplement, qui veulent faire avancer les choses sans s'ambrigader dans des guettons intellectuels qui pourraient ralentir ou désorienter leur but. Des jeunes qui n'ont
qu'un seul objectif: AGIR !


 


j'ai envie de noter ça sur mon petit carnet moi ! cela fait chaud au coeur, de voir que tel est l'esprit qui règne dans l'association!! c'est... émouvant!


bon courage braves gens!!!


 


 



Khadija 27/12/2009 02:26



On souhaite une longue vie à l'association Eden, et qu'elle puisse en inspirer d'autres, partout au Maroc.