Ne juge pas, observe

Publié le par L'éLément N

Bonsoir les gens,

En cherchant obstinément à qualifier les autres, nous nous engageons bien plus que nous le pensons... on se prétend assez objectif et critique; mais il n'en est rien parce que " La qualité engage bien + le sujet qui l'énonce que l'objet qu'il vise "... Nous sommes effectivement bien plus victimes du besoin de juger que des agent ou acteurs de jugements.

Victime de quoi ? victime de nos peurs. C'est notre peur qui nous " force " à juger les autres.

Emettre des jugements sur autrui a pour fonction de nous rassurer. Nous avons tellement besoin de savoir où est la vérité que nous ne supportons pas le pluralisme des êtres. Il nous faut mettre des étiquettes, classer les gens car une personne ne peut être à la fois ceci et son contraire : on ne peut pas être à la fois musulman et en même temps "débattre" de la religion par exemple ... C' est insupportable à admettre pour certains. Alors on se réconforte en jugeant et en classant toute source qui risquerait de parasiter notre confortable conception des choses. Juger est alors un reflexe de défense : on cherche à se protéger des blessures à venir.
Cet autre qui nous pose des questions auxquelles nous n'avons pas les réponses fait peur au fond ! le juger et lui coller une etiquette nous permet alors de maîtriser l’inconnu à venir. Juger c’est tenter de ne plus souffrir, classer une personne définitivement c'est alors la considérer comme morte, inerte et donc innofensive pour nous.

ce besoin de juger est dangereux, il paralyse l'exercice de la pensée et verouille l'esprit, qui a besoin d'être ouvert pour fonctionner. Il tue le dialogue; par peur. Or nous avons besoin de dialoguer, nous autres animaux culturels, pour que notre espece continue.
 

Juger, c’est conclure et trancher en se basant sur de simples prémisses psychologiques, qui naissent de vulgaires intérpretations d'images. C'est une sorte de myopie intellectuelle, où notre Ego, Sa Majesté le Moi, du haut de sa suffisance est dupé par sa propre imprévoyance subjective. Plus l’ego juge, plus il est dans l’illusion de sa propre intelligence; alimentant l’image qu’il souhaite avoir de lui même.

Au jugement, toujours hatif, preferons l'observation, qui prend le temps d'analyser. Parce que comprendre c'est déjà essayer de trouver une solution.
Ne juge pas, observe.



C'était une vieille intervention qui date de plus de 2 ans, mais qui reste d'actualité.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rozéfré 29/11/2009 07:49


Bonne continuation


sih@m 23/11/2009 17:03


tres bon sujet de reflexion,la personnalité est la chose la plus compliquée et on ne pourra jamais en tirer des conclusion ou pretendre pouvoir prevoir les reactions de l'autre!!!c une variable par
excellence!