Retour sur le 20 fevrier

Publié le par L'éLément N

 

1237328390.jpg5 morts à Al Hoceima, 120 blessés, des dégâts matériels à Marrakech, Larache, Tanger, Tétouan... Voilà, vous avez eu votre manifestation ! Contents ?

Décidément vous n’êtes pas fairplay. Nous sommes à plus de 3 semaines de manifestations policées mais vous n’arrivez toujours pas à digérer votre méprise. Vu le contexte actuel, j'aurai aimé qu'on discute de l'avenir. Mais si nous restons désunis à nous taper les uns sur les autres en prétendant servir notre pays, démasquant l'autre qui est soit traitre soit mkhezni, nous ne servons en réalité que leurs assiettes. Ils nous dressent les uns contre les autres pour mieux régner. Chacun prétend être dans la construction, mais en fin de compte nous ne construisons que la chaussure avec laquelle on va nous botter les fesses. Alors parlons des événements passés pour essayer de repartir tous sur la même base, pour une réconciliation nationale autour de mêmes revendications.

 La manifestation a démenti toutes les propagandes makhzeniennes que certains ont répété haut et fort et en chœur.

Le choix du 27 février, concordant avec une bougie polisarienne, était soit disant trop pour une coïncidence, mais il suffit d’ouvrir son agenda pour se rendre compte que ces jeunes voulaient uniquement se donner un mois de délai par rapport à la révolte égyptienne et programmer la manifestation un dimanche, un jour férié, pour ne pas perturber le cours de la vie active et ne pas ralentir notre « galopante » économie.

La date du 20 ne convenait pas non plus parce qu’elle répondait soit disant aussi à cet agenda étranger, qui nous envie notre sacro-sainte stabilité et vise à en finir avec notre pseudo-exception marocaine. Mais il s’est avéré sur le terrain que l’initiative était réellement celle d’une jeunesse marocaine spontanée mais tout aussi consciente des enjeux : Ni les partis de gauche comme de droite, ni les islamistes de Justice et Bienfaisance, ni le Mouvement Alternatif des Libertés Individuelles (MALI), ni les indépendantistes berbères n’ont réussi à récupérer politiquement cette manifestation qui n’a été que l’expression populaire réelle de revendications citoyennes.

Ensuite, comme cela ne suffisait pas, il fallait s’en prendre à ces jeunes, à leur personne. Ils avançaient des revendications, on leur répondait par des insultes. Ils présentaient des arguments, on leur rétorquait par des accusations touchant à leur vie privée et leur confession. Les débats étaient d’une bassesse olympique avec mise en ligne de photos retouchées au Photoshop pour incriminer ces jeunes. Toujours la même propagande de diabolisation  des réformistes à laquelle nous a habitué le Makhzen (à l’instar de Omar benjelloun qui a fini assassiné en 1975) et tout régime autocratique : rappelez vous il y a quelques mois à peine Ben Ali et Moubarak dénonçaient le complot étranger et la manipulation des jeunes manifestants, ce que fait actuellement Kadhafi et Ali Abdellah Saleh.

Plus personne sur la planète ne croit à ces sornettes, mais il existe encore parmi nous des illuminés qui sont toujours là à essayer de sauver les marocains d’eux-mêmes, de cette aliénation dont ils seraient victimes, parce qu’ils ont osé rêver d’un Maroc meilleur, un Maroc pour tous les marocains. Un Maroc où l’accès à l’éducation, à l’emploi et aux soins n’est plus un privilège de naissance ou une loterie.

Même en étant qu’un simple sympathisant ne faisant pas parti du Mouvement du 20 février, mais simplement un blogueur séduit par le courage de ses jeunes compatriotes, je me suis vu traité en l’espace de 48heures d’Algérien antimonarchiste homosexuel évangélisé appuyé par le Polisario et financé par Al Pais – avec le soutien du Mossad en bonus du DVD ! Sans être sur la défensive, j’en profite tout de même pour préciser à toutes les jolies filles célibataires qui passeront par là que je suis hétérosexuel.

Ce point étant éclairci, il faut comprendre que ces milliers de marocains qui sont sortis manifester le 20 février sont sortis soutenir des revendications qui étaient les leurs, et non des personnes. Quand un voleur fait son commerce dans un bus sous le regard effaré de dizaines de témoins tétanisés et qu’une ou deux personnes courageuses osent dénoncer le voleur et essayent de l’arrêter, la foule les rejoint spontanément pour mettre fin à l’injustice et personne ne se pose la question de la confession, l’appartenance politique, les habitudes toxiques ou festives de ces volontaires courageux.

La propagande a atteint son paroxysme quand l’agence de presse officielle (MAP), financée par l’argent du peuple pour les (dés)informer, ose annoncer l’annulation des manifestations du 20 février pour dissuader les plus crédules d’y participer.

Mais malgré tous ces efforts, les manifestations ont été un succès. Nous avons vu un civisme inattendu de la part d’un peuple maintenu trop longtemps dans la soumission : Les jeunes se sont organisés en comités de défense des biens publics et privés, en comité de nettoyage chargé de ramasser les bouteilles vides laissées derrière la marche, les manifestants s’arrêtaient aux feux rouges pour laisser passer les voitures.. Personnellement je n’ai jamais vu des manifestants aussi raffinés !

 

Mais tu ne parles pas du vandalisme !

Un point fondamental : les organisateurs de toute manifestation peuvent garantir que cette dernière soit pacifiste mais ne pourront jamais assurer qu’elle soit pacifique. D’un coté parce qu’il est impossible de garantir les intentions de tous les participants et de l’autre parce que de telles manifestations attirent toutes les entités contestataires du Pouvoir comme partout dans le monde (comme la CNT en France ou les Blacks Bloks en Allemagne qui sont les spécialistes du vandalisme contestataire). Il est donc normal que des antimonarchistes et même des partisans du Polisario participent aux manifestations populaires; et bien évidemment des casseurs.

Je te rappelle que les débordements il y en a dans toute manifestation quelles qu’en soient les revendications, même lors des manifestations de soutien au peuple palestinien. Est-ce une raison suffisante pour ne pas manifester ? Je n’ai personnellement jamais entendu des voix se lever dans ce sens pour empêcher les manifestations de soutien aux peuples opprimés, sachant qu’on y perd bien plus en casse que ces peuples n’y gagnent.

Ensuite ce qui est sûr c’est que ces casseurs ne font pas partie des manifestants puisque le vandalisme jette le discrédit sur tout mouvement revendicateur qui se veut pacifiste. L’hypothèse d’un financement makhzenien n’est pas à éliminer (les régimes tunisien et égyptien remerciés ont fait pareil), tout comme la probabilité qu’il s’agisse de casseurs opportunistes est envisageable.

Mais dans les 2 cas, ces vandales sont le produit de notre politique nationale, qu’ils soient autonomes ou soudoyés. Ces actes de vandalisme ont été notés soit dans de petits patelins marginalisés soit dans des quartiers populaires, exclus de la vague de modernisation que connait le Maroc. En ces lieux où il n’y a aucune élite intellectuelle et où presque personne n’échappe à la spirale de la pauvreté, du chômage et de la drogue. Chez ces jeunes sans aucun encadrement éducatif, culturel, social et politique, la colère ne peut se matérialiser que par la brutalité. Et ceux qui pointent du doigt leur violence ne connaissent tout simplement pas la violence d’une assiette vide et l’arrogance de voir chez les voisins tous ces fruits défendus.


Tu dis que cette manifestation a été une réussite ! Tu as vu le nombre de participants ? Des milliers. Nous sommes 35 millions ! L’écrasante majorité des marocains n’est pas pour ces manifestations ! Respecte la volonté de la majorité, n’est ce pas ça la démocratie à laquelle tu appelles ?!

A ta place je prendrai des gants pour parler de majorité au Maroc. Parce que l’écrasante majorité tu ne la connais pas. Plus de la moitié des marocains habite dans le rural et plus de l’autre moitié est franchement pauvre. Donc il ne faut pas spéculer sur la volonté d’une extrême majorité silencieuse.

Ensuite, la manifestation a été un succès. Peut être pas selon tes critères parce que sa réussite voulait dire pour toi voir le taux de chômeurs baisser le lundi, un parlement qui légifère le mercredi et un gouvernement efficient sur un coup de baguette magique. Mais les institutions prennent des années voire des décennies pour devenir opérationnelles.

Le mouvement du 20 février a révélé au monde une jeunesse marocaine soucieuse et impliquée, qui a mis sa peur en sourdine et a osé dénoncer la démission des responsables de ce pays. Dans un contexte socio-économique et politique où même l’élite intellectuelle a perdu tout espoir de changement, le miracle s’est produit. De jeunes marocains se sont levés pour envoyer un message clair au Pouvoir : marre de ces partis politiques médiocres même dans leur comédie, marre du flirt entre monde des affaires et politique, marre de l’injustice et du népotisme, marre du musellement de la presse, marre des répressions policières, "Baraka men l7egra !"

Voilà pourquoi je ne pouvais que soutenir ces jeunes, et voilà pourquoi je ne peux qu’en vouloir à tous ceux qui les ont attaqués, insultés ou méprisés et même ceux qui n’ont pas cru en eux, ceux qui sont resté sur le divan ou devant leur écran à jouer le rôle qu’on a écrit pour eux, celui de l'éternel spectateur – qui se croit critique et patriote par sa passivité et chez qui l'action se limite à rejoindre des groupes facebook dont rien que les titres mériteraient de concourir pour les oscars de la farce : "j'aime mon Roi alors je vais faire la grasse matinée le 20 février" !

Je l’ai dit avant la manifestation et je le répète : le mouvement du 20 février a réussi peu importe ce que donnera cette marche et quelle qu’en soit l’issue. Ces jeunes ont réussi à créer sur la scène marocaine un débat national qu’elle n’a jamais connu. Ils ont réussi à intéresser les jeunes à la politique, chose à laquelle n’est parvenu aucun parti politique. Ils sont arrivés à sortir certains de leur confort en mettant les projecteurs sur la misère de leurs compatriotes. Maintenant les jeunes discutent de la Constitution, de la séparation des pouvoirs, du rôle du parlement, de ce qu’est un gouvernement.. Le 20 février a permit d’en finir avec la culture de la peur. Comment ne pas être fier de ces jeunes ?  Et comment ne pas blâmer ceux qui ont voulu les discréditer (peu importe la sincérité de leurs intentions) ?

Il faut que leurs détracteurs aient l’honnêteté et le courage d’avouer qu'ils se sont trompés, qu'ils ont mal agit, que s'il y avait manipulation, c'est bien eux qui en ont fait l'objet. Les jeunes qui sont sortis le 20 février réclament simplement que l’injustice et les inégalités cessent et que le Maroc reparte sur de nouvelles bases démocratiques.

 

C’est vrai que sur ce point tu n’as pas tort, mais cette « autre » jeunesse anti 20 février n’a pas trahi pour autant son pays. Son message s’était simplement que le changement ne vient pas en manifestant contre le pouvoir, le changement c’est nous le peuple qui devons le faire ! « la youghayirou Allahou ma bi 9awmine 7ata youghayirou ma bi anfousihim ». Les jeunes Marocains ne veulent pas de manifestations mais veulent une évolution ! Les jeunes Marocains ne disent pas DEGAGE les marocains s’engagent ! Ce n’est pas le pouvoir qui donne et accepte la corruption dans les administrations et sur les routes, ce n’est pas l’oligarchie qui jette ses ordures à tout bout de champ, ce n’est pas le gouvernement qui nous impose de tricher et mentir dans tous les domaines, du commerce aux examens en passant par la cour de justice !  Le Maroc ce n’est pas le club Med mon coco ! si tu veux du travail faut te lever tôt et en chercher !  Mais ces jeunes sont paresseux, ils veulent de l’argent facile. Ils sont prêts à laver des assiettes en Europe mais refusent de le faire chez eux ! ils veulent un salaire de ministre alors qu’ils ont à peine le bac ! Les livres se vendent à 3dhs dans nos libraires mais personne ne lit ! Où étaient-ils ces jeunes quand il a fallu s’impliquer et voter en 2007 ? le changement c’est nous !

 Il y a du vrai dans ce que tu dis. Il y a une responsabilité citoyenne partagée mais tu es dans l’inversion de ses proportions. Je ne le répéterai jamais assez : le problème qu'il faut résoudre en premier au Maroc est  l’analphabétisme politique des alpha-bêtes.

Ton cri angoissé ressemble au message de la droite française : si le développement n’arrive pas, «c’est la faute des pauvres !». Il y a un adage de nos voisins algériens qui dit « me7gourti f dar hiya marti, w ila kedebtouni ghadi noudelha ! ». C’est beaucoup plus facile de s’en prendre aux plus faibles et de tout leur mettre sur le dos.

C’est au peuple qu’incomberait la mission du développement, ce n’est déjà pas l’avis du PNUD (l’instance responsable d’établir les critères d’évaluation du degré de développement des pays) qui responsabilise les gouvernements. Le comble c’est que ce n’est même pas l’avis de notre gouvernement quand il s’est opposé au classement du Maroc en matière de développement (il reprochait au PNUD de se fier à des chiffres anciens, mais n'est pas allé jeter la responsabilité sur les marocains). De même, le souverain lui-même dans ses 2 discours parle des prochaines réformes qui incombent au Pouvoir et ne va rien reprocher à son peuple. Mais la preuve en est qu’au Maroc, certains jeunes reconvertis en sociologues de salon sont plus royalistes que le Roi.

Déjà, il est indispensable de se mettre d’accord sur les bases. C’est soit nous croyons en l’existence des races humaines et de la supériorité des unes sur les autres, et nous serions des racistes. Soit que nous croyons en une seule race humaine, « équipée » du même appareil cognitif donc sans aucune supériorité innée en son sein.

En d’autres termes, c’est soit nous croyons que le civisme au sein des sociétés occidentales s’explique par la supériorité de leur race par rapport à la notre, soit nous croyons que cela est alloué au niveau socio-économique et politique de leurs sociétés. Si le civisme n'est pas fortement lié à l’environnement sociopolitique, pourquoi le retrouve-t-on plus facilement chez les riches que chez les pauvres ?

Quand l’autre blaireau avance à la télévision française que la majorité des délinquants de l’hexagone sont des arabes et des noirs. Il n’a pas menti, mais il ne dit pas toute la vérité. La vérité est que la majorité des délinquants en France sont des pauvres, et qu’il s’avère que la majorité des pauvres sont issus de l’immigration et que l’immigration s’explique par le colonialisme français des pays du Maghreb et d’Afrique sub-saharienne : les arabes et les noirs. Ethniciser le problème de la criminalité c’est rendre la délinquance génétique (« Mohammed et Mamadou sont délinquants parce qu'ils s'appellent Mohammed et Mamadou ») hors ce ne sont pas les bourgeois africains et maghrébins qui peuplent les prisons de leur pays à ma connaissance. Le fait que la délinquance, le manque de civisme et la médiocrité se retrouvent majoritairement dans les milieux pauvres devrait te faire poser la question de probable lien de causalité. L’immense majorité des gens, si on leur donne un travail raisonnable par rapport aux autres et la possibilité de profiter un minimum de la vie, n'a pas de raison d'aller se créer des problèmes en enfreignant les lois et l'intérêt général, un peu de bon sens voyons !

Le civisme que tu vois chez les occidentaux et que tu reproches aux pauvres de ton pays, c’est le fruit de la démocratie et des Etats de droit instaurés chez eux. Le civisme n’est pas une prédisposition génétique. Va jeter un coup d’œil sur l’expérience argentine, brésilienne ou coréenne et tu verras comment l’instauration d’une démocratie qui relance une économie équitable fini par instaurer le civisme.

C’est « 3abdou rebih », le marocain lambda, qui a tourné le Maroc vers un libéralisme économique qui a creusé de façon ravageuse les inégalités et les injustices ? C’est lui qui a commandé le TGV aux français et endetté le Maroc pour les 20 prochaines années ? C’est lui qui a vendu nos eaux maritimes aux étrangers jusqu’à faire chômer nos pêcheurs nationaux ? C’est lui aussi qui a ramené Tzipi Livni et lui a payé un séjour à Marrakech avec l'argent du contribuable ? C’est lui aussi qui a distribué les postes gouvernementaux clés aux cousins et aux copains des fassis ? C’est lui aussi qui investie dans le tourisme et délaisse l’Education et la Santé ? Et en parlant de pollution, c’est bien évidemment lui qui est responsable des tonnes de déchets toxiques déversés dans nos rivières et nos fleuves par les usines des multinationales installées chez nous sur des terrains que nos dirigeants leur ont vendu à 1 dirham symbolique ?

Mais de tout ça, le marasme socio-économique est la faute du marocain qui est trop paresseux, ne veut pas travailler, donne des pourboires, jette ses ordures par terre et ne se brosse pas les dents. 

« Le changement c’est nous !». Faisons acte. Dès demain, je m’engage dans le volontariat ! je vais sortir goudronner les rues, organiser la circulation, donner mon sang, raisonner les prostituées, améliorer les prises en charge médicales dans les hôpitaux, créer des emplois pour les diplômés chômeurs, construire des hôpitaux et des écoles, combattre la leishmaniose, éradiquer l’analphabétisme.. et bien entendu tout cela sur mon temps libre, c'est-à-dire le soir et les week-ends, parce que je te rappelle que je travaille pour payer des impôts. Et pendant que moi et mes concitoyens jouons à Superman, tout ce régiment de « responsables » dont le salaire provient de l’argent du contribuable va faire quoi ? Réalises-tu la bêtise de ce à quoi tu appelles ? A quoi serviraient ces gens au Pouvoir ? à s’en mettre plein les poches avant de libérer la place à l’opportuniste suivant ? C’est pour qu’ils nous volent qu’on les paye ?

Tu demandes aux jeunes de s’investir au nom de leur citoyenneté et tu ne demandes même pas aux responsables de faire le travail pour lequel nous les payons. Quelle triste citoyenneté.

Tu veux que le peuple prenne en main les affaires publiques ? besmellah ! mais supprime les impôts et tous ces postes étatiques pour être crédible. Ce mode de gouvernance se rapproche de l’anarchie,  qui serait selon certains philosophes (Platon, Thomas More..) la société idéale, l’utopie vers laquelle on devrait aspirer. Mais nos politologues en herbes eux veulent commencer par là !

Quittons si tu le veux bien le monde des bisounours pour parler de philosophie politique. La « responsabilité » est un concept qui ne peut être qu’individuel. Pour la simple raison qu’être responsable signifie devoir répondre de ses actes et assumer une erreur commise, or il est impossible d’imaginer le procès d’un peuple. Son nombre et sa diversité le rendent intouchable devant toute cour de justice. Voilà pourquoi tout peuple a besoin de se constituer en personne morale : il se décharge de sa souveraineté en désignant des représentants à qui il va confier l’exercice du pouvoir et qui devront assumer leur rôle de responsables.

Ce sont donc les représentants choisis, détenant le pouvoir sur procuration du peuple, qui assumeront la responsabilité devant ce dernier. Ils seront choisis entre des volontaires qui se proposeront comme étant aptes à trouver des solutions aux problèmes articulés par le peuple. Leur travail sera rémunéré à partir des cotisations du peuple (impôts), donc si jamais leur bilan est jugé insatisfaisant, ce dernier les remplacera par d’autres volontaires. Le gouvernement est ainsi une sorte de personne morale responsabilisée à la charge du peuple.

De façon pragmatique : Pour changer les mentalités, il faut agir sur le contexte. Et on agit sur le contexte en légiférant des lois. C’est ainsi que l’esclavage et le racisme ont disparu des mentalités, en les interdisant par des lois. De même, il suffit de voir comment le port de la ceinture de sécurité est devenu un geste reflexe chez les conducteurs marocains depuis que le non port coute 100dhs. Les européens n’enfreignent pas les lois qui gèrent l’espace public parce que cela leur coute cher et non pas parce qu’ils sont génétiquement polis. Il suffit de voir les rues européennes il y a un siècle pour comprendre que le bouleversement des mentalités a été provoqué par l’application stricte des lois mises en place. Ensuite ces acquis obtenus par la réglementation seront inculqués aux prochaines générations comme des règles de vivre ensemble puisqu’ils verront tous les parents les appliquer, même si contraints. Et puis bien sur qu’il y aura encore et toujours des débordements individuels, ceux là seront punis par la loi qui est, par définition dans un Etat de droit, au dessus de tout le monde.

Sinon citer des versets coraniques pour donner un coup de légitimité divine à notre démission, je ne trouve pas cela très islamique. « 7ata youghayirou ma bi 2anfoussihim », je pense que « fi anfoussina » devrait être envisagée à l’échelle collective : il existe « fi anfoussina » une Constitution qui est une entrave à la démocratie et donc par là au changement. Quant à l’échelle individuelle, il existe « fi anfoussina » une peur dont on devrait se débarrasser et un inculture politique qu’il devient urgent de soigner.

Pour finir et pour répondre à ton appel au vote, je trouve cela franchement culoté. Parce que voter dans la conjoncture présente, avec la Constitution actuelle, c’est aussi utile qu’un zizi de prêtre !

 

A suivre..

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

minibixx 13/04/2011 15:42



Zzzzzzzzzz.... (mais vraiment) !



Mehdi 04/04/2011 17:58



On dirait que c'est moi qui parle! (avec plus d'éloquence bien sûr). Les mêmes questions, de la part des mêmes personnes (les néo patriotes du dimanche) et les mêmes arguments que les tiens !


Comme quoi.. il y a bien un "pattern" à la bêtise...faut voir cela d'un bon oeil...dans l'absolu! 


 


 



Pyrowoman 19/03/2011 13:13



Amnesty International : "Le Maroc ne doit pas réprimer les manifestations prévues ce weekend" : http://www.amnesty.org/fr/news-and-updates/morocco-urged-not-suppress-weekend-protests-2011-03-18