De la virginité (2)

Publié le par L'éLément N

virginite.jpgAlors après cette mise au point, attaquons la question la plus récurrente sur nos forums maghrébins: "la virginité est-elle importante ?" Il faudrait d'abord définir la sphère dans laquelle on se place. Il en existe 3 : la société, le couple et la personne. Aussi, traiter de l'importance d'une chose ne peut être que très subjectif et donc restera stérile et ne fera pas avancer le débat. Il faut, selon moi, l'aborder de façon essentialiste : la virginité est-elle une qualité ? Et si oui, serait elle une qualité personnelle ou humainement nécessaire ?

- A l’échelle individuelle : La virginité est obligatoirement importante. Personne ne perd sa virginité sans se poser de questions. Etape inévitable dans la vie de tout être humain, perdre sa virginité n'est jamais qu'une simple formalité. Pour la simple raison qu'elle ne se perd qu'une seule fois et avec une seule personne. Voilà pourquoi certain(e)s la considèrent comme un cadeau qu'on offre à son conjoint. Cependant il revient à chacun de faire le libre choix du moment et du partenaire.

- A l’échelle du couple : Tout dépend du partenaire, cela va de « peu importe » à « c’est vital » en passant par « de préférence ». En fonction de la culture et de l’éducation de chacun, à respecter dans tous les cas. Chacun a le droit d’exiger et de fixer les critères de son choix qu’il souhaite retrouver chez son partenaire. Que cela soit pertinent ou pas, qu’il trouve ou qu’il ne trouve pas, cela ne concerne que lui. La virginité peut être une qualité personnelle aux yeux du partenaire. Tout est de savoir pourquoi ce dernier veut épouser cette personne là et pas une autre. On peut aimer une personne pour sa gentillesse, son intelligence, son caractère, sa beauté... Tout ce qui fait la particularité de cette personne. Le fait qu’elle soit encore vierge peut faire partie de ce "tout".

Ceci dit; quand un homme exige de son épouse une virginité qu’il s’est imposé à lui-même, le couple se construit dès lors sur le principe d’égalité. Mais quand il exige que son épouse soit vierge alors qu’il ne l’est plus, c’est bâtir le couple sur une inégalité. Considérer la virginité comme une qualité, exigée chez l’autre sans pouvoir s’y contraindre, c’est ne pas pouvoir pardonner aux autres ce qu’on se pardonne à soi. La religion n'a rien à voir là dedans: C'est la loi des machistes, pas la loi de Dieu. Et il est regrettable de voir des femmes accepter cette inégalité, allant même jusqu’à mentir, voire se faire recoudre, pour y souscrire. Afin de plaire à des hommes exigeant envers les autres, très peu envers eux-mêmes. Ce qu'elles ignorent c'est qu'il s'agit là d'un véritable trait de caractère, qui depasse l'exigence de la virginité, et qui est très difficile à vivre par la suite.

- A l’échelle sociale : Je pense qu’elle ne devrait pas l’être. Car déjà, comme nous l’avons vu, il n’y a aucun moyen de vérifier la virginité d’une personne, homme ou femme : tout comme le jeun. Rendre la virginité importante à l'échelle de la société, c'est en faire une qualité humaine essentielle, qui dépasse l’opinion personnelle (les convictions intimes, qui diffèrent d’une personne à une autre, ne devant pas être imposées en société).

 
La question est donc de savoir si la virginité est une qualité "essentielle" de l'humain.

"L’essence" d’une chose c’est sa nature. C’est ce qui fait qu’une chose est ce qu’elle est, et sans quoi, elle n’est plus. Ainsi l’eau a pour qualités essentielles d’être inodore, incolore et sans saveur; en perdant une de ses qualités, elle n'est plus eau.

Si la virginité est une qualité essentielle chez l'Homme, l'humain qui perd sa virginité serait donc moins humain; une femme non vierge serait donc une moindre femme.  Et ils seraient condamnés à vie à ce statut mineur, vu que la virginité ne se récupère pas. Ils deviendraient donc définitivement des sous-Hommes. C’est-à-dire des animaux.

D'autre part, la virginité se perd, tout au mieux, la nuit de noces. L'épouse, hier femme à part entière parce que vierge, perdrait une de ses qualités qui fait son essence, à la suite d'un si heureux événement. Le mariage, symbole de pureté, retire-t-il des qualités dites de piété ? Bien sur que non. En fait, la véritable qualité qui mérite qu'on s'y intéresse est la "chasteté". Sa définition est morale et guère physique. Elle n'exige donc pas la virginité. Elle peut commencer avant le mariage ou à son occasion et contrairement à la virginité, elle peut se continuer au delà, jusqu'à la mort. C'est donc la chasteté qui est la qualité à rechercher chez son partenaire si l’on souhaite sa fidélité. 

Rendre la virginité importante socialement donne naissance à des ignominies telle que le certificat de virginité délivré à la femme avant son mariage, pour garantir au futur mari et à sa famille que la marchandise est intacte. Qu'il ne lui manque aucune pièce. Comment une femme, qu'elle soit vierge ou pas, peut elle accepter d'être rabaissée de la sorte ? Et au nom de la religion. C’est déshumaniser la femme que de raisonner de la sorte. Elle devient objet, qu’il faut acheter neuf et pas d’occasion.
D'ailleurs le terme "vierge" est très chosifiant. On parle par exemple de casier judiciaire vierge en l’absence d’antécédents judiciaires. Ou alors on se sert du mot pour désigner une chose encore jamais utilisée: une feuille vierge, une cassette vierge sur laquelle rien n’a encore été enregistré. C'est cette virginité des choses que certains recherchent chez leur future épouse.

Ce genre de pratique ne doit plus être toléré, et c'est aux femmes de protester pour défendre leur dignité humaine. Malheureusement, beaucoup cèdent sous la pression familiale et sociale. Mais il faut savoir que dans une relation, une femme qui se laisse traiter comme un objet au début est condamnée à le rester pour le reste de cette union.

Pour conclure, je pense que dans notre société, la virginité se doit de redevenir un choix personnel, et non pas une obligation. Une fille qui aimerait se préserver devrait le faire pour elle, par principe, et non pas pour un homme. L’hymenoplastie, qui sert à tromper le partenaire, sera alors bannie. Il faudra aussi clarifier les choses du point de vue religieux, pour que certains arrêtent de se cacher derrière une argumentation transcendante, à l'origine de ces crispations qui pèsent sur le dos des femmes, pour justifier leur machisme. Il est également indispensable que les familles arrêtent de considérer leur honneur sauf, lorsque le certificat de virginité de leur fille est délivré au futur mari. Devrait-on, peut être, perforer l’hymen dès la naissance à toutes les filles pour que les mentalités arrêtent d'en faire une obsession et comprendre que la femme n'est pas qu'un ensemble d'organes, l'absence d'hymen n'enlève rien à son intégrité.

Certains hommes ont placé leur honneur bien bas, sous la culotte des femmes - où l'on va vérifier que personne n'est passé avant. L’important, à mon sens, n’est pas forcement d’être le premier entre les cuisses d'une femme, mais plutôt le dernier dans son cœur. Et ce n'est plus tache facile parce que les femmes actuellement sont, et se doivent d'être, exigeantes. Elles décident beaucoup plus facilement que leurs grand-mères d'aller voir ailleurs quand leur époux n'est plus à la hauteur. Il serait donc plus raisonnable de se concentrer sur d’autres aspects que la virginité de notre futur conjoint, pour bâtir un couple solide qui pourrait résister à l'épreuve du temps. Délaisser le détail anatomique et se concentrer sur l'essentiel moral.

Après, à chacun ses opinions.

Commenter cet article

Naravas 07/01/2010 05:46


"En fait, la véritable qualité qui mérite qu'on s'y intéresse est la "chasteté". Sa
définition est morale et guère physique. Elle n'exige donc pas la virginité." etc

Bah, tu ne fais que déplacer le problème ! Non à la virginité, parce que c'est physique, mais oui à la chasteté, parce que c'est soi-disant moral ? Mais c'est de la pure contradiction, on est plus
chaste quand on a fait des rapports sexuels ou quand on a perdu sa virginité suite à une nuit d'amour. Tu remplaces l'impératif social de l'honneur par l'impératif religieux de la chasteté, avec au
final le même résultat : on a pas le droit de coucher, de faire des rapports sexuels. Deux moyens pour parvenir au même but...
Alors, je ne vois pas pourquoi tu t'opposes à la  virginité...


M.C 20/12/2009 14:27


Après, à chacun ses opinions...et la tienne est salutaire!
le sujet a été traité avec beaucoup d'audace, de sagesse et de vérités (certes dérangeantes pour certains: )
mon avis n'est pas aussi divergent 
j'ai toujours banni l'idée de relier la virginité à la femme, pire encore, d'exposer en public ce qu'il ya de plus intime chez elle!
ce qui est important à mon avis, c'est d'inculquer à nos jeunes filles les bonnes leçons morales, issus de notre religion et qui n'ont rien à voir avec des courants sociaux sexistes qui
élargissent la faille de discrimination hommes-femmes.
merci encore d'avoir évoqué ce sujet et encore de la qualité d'argumentation.
au plaisir de te relire : )